HS Des jours qui marquent

Discussion dans 'Jeux, détente et convivialité' créé par Bénédict, 11 Septembre 2017.

  1. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    496
    J'aime reçus:
    101
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Sans doute avez vous, bien ancrés, indéboulonnables, sinon éternelles, des images et émotions personnelles qui ne vous quitterons jamais, sans doute revues et arrangées avec les années, mais intimement liées à nos neurones.
    Comme pour d'autres, j'ai de ces marques, comme gravées telles nos signatures dans l'écorce d'un arbre, jadis jeune et tendre. Mais je me demande souvent pourquoi tel événement ,telle émotion et pas une autre.
    Prenons, ma naissance, rien de rien, sauf une persistance de vide pour laquelle je n'ai eu la réponse que bien plus tard.
    Le premier pas sur la Lune, pour moi, c'est la première fois que je regarde la télé au milieu de la nuit, et le sentiment au réveil que tout n'était qu'un rêve.
    La mort d'Elvis, ce sont mes vraies premières vacances avec des amis dans les frimas vosgiens, mes dix huit ans,...et ma mère qui m'envoie à l'office du soir à la crypte de la basilique de Saint Avold, le jour où je suis devenu anti cul béni.



    https://www.google.fr/search?rlz=1C....0i8i13i30k1.nZ3WUYOnYxY#imgrc=2-NLIJ1AfAlwiM:

    Le décès de Diana, un joli paradoxe, je m'en fichait totalement, agacé qu'une ex people ait le mauvais goût sordide de venir mourir chez nous stupidement, pour moi, point barre. Mais les réaction hystériques chez mes "collaboratrices", allant jusqu'à demander un jour férié ou au moins un congé pour cela, j'ai failli laisser un boulon explosé face au cœur des midinettes ,enfin pas tant que cela, pleureuses. C'est surtout de cela dont je me souviens.

    Et puis, bien entendu, tout cela n'est pas innocent, le plus gros, le plus violent pour moi.

    Une fin d’après midi de septembre, c'est un mardi, il fait beau et presque chaud, bref, très agréable, j'ai cueilli une fournée de haricots en fin de course, comme je les aime, longs, pesants, encore bien verts, mais une teinte plus douce qu'acidulée, bombés, promesses de graines, je les devine, petites, luisantes, tendres qui se sauvent quand je brise les gousses.
    Demain, une énorme soupe de haricots verts et de tomates gonflées de jus, rien qu'à les regarder, leur peau tendue pleure, juste un petit ouvrage pour régaler ma famille le lendemain. les oiseaux chantent, espiègles.
    Mon fils lycéen, m'appelle, "Pa, faut que tu regardes la télé, " quoi, encore une émission d'archéo ou un jeu vidéo....
    Et je vois un avion s'écraser dans WTC 1, je pense à une fiction, mais le reportage continue, je suis incrédule, glacé d'horreur.
    Pire, je fonce dans la cuisine, le programme des vacances de mon beau père et de sa compagne.
    Il lui avait dit à Noël, eux, petits émigrés polonais dans les années trente, "Je t'emmène en Amérique cet été".
    Ils sont partis pour le Canada, avec les voisins, un voyage organisé par l'Amicale de la Sollac, histoire de les changer des thés dansants.
    Sur le programme, ce matin, heure Us, ils devaient prendre le petit déjeuner sur la terrasse du WTC1.
    Pile au moment des attentats.
    Grosse , pas panique, pas angoisse, mais terreur chez nous, bien entendu ,aucune liaison téléphonique, pas moyen de joindre qui que ce soit.
    Une nuit d'angoisse, mon épouse, sa fille, prostrée, je ne dors pas, un jour, deux jours passent, entre espoir, haine, incompréhension, envie de tuer.
    Puis un appel, l'organisateur, le groupe de vacanciers a été retardé à la douane, ils sont retournés au Canada, nous ne savons pas quand ils reviendrons.
    Ouf, peut être ai je pensé ce jour là à une Vierge polonaise qui pourrait avoir donné un petit coup de pouce.
    Ils sont revenus, bons derniers, deux semaines plus tard, par des chemins détournés, Tokio et Moscou,ils ne pensaient pas faire le tour du monde dans ces conditions.
    "Je ne prendrai plus l'avion!!!" a affirmé son amie.
    Heureusement, elle a par la suite changé d'avis, mais c'était pour rejoindre le départ d'une croisière, elle aime se faire dorloter.

    Alors, pour moi, le 11 septembre, au delà de tout ce qui a été dit, cela reste ce moment, cette période, parce que j'y ai été, indirectement impliqué, dans l'amour que je porte à des personnes.

    Hier, mon beau père est passé, nous n'évoquons jamais cet épisode, là il était tout content de récupérer sa Golf 2, un petit soucis mécanique, mais pour la pièce ils ont du rouvrir les mines de Silésie, je plaisante.
    Elle date d'avant ces événements, lui, beaucoup de difficultés maintenant pour se déplacer, mais pas question d"aller " chez les vieux", ses enfants le pressent, moi, qui ne suis plus de la famille, souhaite qu'il reste chez lui, avec un peu d'aide sans doute, mais je sais que de le priver de son monde et de sa liberté lui sera fatal.
    Alors, lui, sa maison, son atelier, ses centaines d'inventions ou de bricolages tordus, sa voiture, oh combien pas d'origine, son amie, je n'ai rien à dire, mais je lui souhaite de continuer encore un bout de chemin.
    Il m'a tout appris.
    Je lui souhaite, dans un an, encore vous parler de lui au présent.

    Chaque fois que je prépare une soupe de fin d'été, "haricots tomate", je sais aussi la faire en hiver, mais elle n'est pas moins bonne, mais pas pareille, je lui en apporte, il la mange en douce, un peu, sa cop ne la réalise pas aussi bien que moi, faut dire que dans le concours avec feue belle maman, elle avait reconnu sa défaite.
    Bref, un joli moment de complicité.
    Vous avez compris que depuis plus de trente ans ,on s'apprécie énormément.

    Une énorme pensée à toutes les personnes qui n'existent plus dans le présent qu'à travers une ligne dans la pierre.
     
  2. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    496
    J'aime reçus:
    101
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Juste pour le remercier de tout ce qu'il a fait pour nous.
     
  3. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    496
    J'aime reçus:
    101
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Total Hs,
    non pas que cela me plaise, bien au contraire, cela me désole avec retenue,
    le décès de France Gall, je l'appréciais, entre ado et mature, une poupée avec de l'énergie.
    Elle a bercé une partie de ma vie.
    Je sais, les cartons sont plein pour lui rendre hommage, je souhaite juste que l'on ne nous abreuve pas de vieilleries autant imprévues , qu'insipides, ....obscènes que pour J.
    Je ne l'aimais pas (lui), mais là on est en overdose et je rejoindrai bien Vian.
    Elle , chapeau bas.

    Sans rapport, je n'ai jamais été Charlie, ils ont pris des risques et cela était dans le meilleur des cas diffamatoire ,provocant, obscène, mais je déteste me rallier à une majorité de veaux.
    Je déplore toujours les pertes humaines, mais pourquoi sont elles plus "valorisantes", selon les circonstances?
    Et pareil, la tentative de fédérer le troupeau me laisse songeur.
    Bon, cela ne m'engage que moi.
     
  4. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    496
    J'aime reçus:
    101
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Hs,Pareil
    un peu triste, le décès d'une amie, pas intime , mais assez pour avoir une chambre proche de la mienne quand elle rodait dans le secteur.
    Moments rares, et un concert privé dans la maison du voisin.
    Oui, je m'en suis pas mal servi, mais elle était très vaste et le salon immense.
    Idéal pour de petits concerts ou pièces de théâtre.
    Dolores O'Riordan,


    Et , petit hommage à Arsène Lupin/Maurice Leblanc, j'avais changé son prénom de Dolores en Laetitia, elle en riait.
     

Partager cette page