Back to home

Discussion dans 'Pause jardinage' créé par Bénédict, 27 Juin 2017.

  1. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Absent de mon jardin, on ne tape pas, un séjour au Pays Basque, le surf n'y est pas étranger, même si je l'apprécie depuis la plage.(oui mais, une planche Vintage à vendre, dédicace sur demande)
    Retrouver et valoriser le jardin que j'y ai créé il y a vingt ans.
    Pas évident de s'y retrouver, tant d'autres sont intervenus, la décence m'empêche de donner mon avis, mais c'est nul de chez le néant.
    Oui, je n'avais aucune illusion.
    Mais retrouver les palmiers, arums, plantes des tropiques dont je n'ai jamais su le nom, un pur bonheur.

    Ici, tout a poussé, envahi, le sécateur ne chôme pas, ciel, il y avait tant de rosiers!
    Juste un coin de jungle dans une grisaille pavillonnaire.
    Juste la question qui tue, où accrocher le hamac, entre le prunier et l'arbre de Judée?
     
    Clemath aime ça.
  2. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Un peu HS, mais je ne vois pas d'autre rubrique adéquate, mais en fait pas tant que cela, dans la mesure où une partie est dans mon jardin.

    Vous avez ou avez eu des animaux domestiques ou de compagnie pour la plupart.
    Je vais laisser le bétail et consort à l'écart et à la pâture.

    Les chiens, j'adore, le mien Flocki, au pedigree d'entre le grillage, coureur de ziguettes invétéré, je l'aimais, et n'ai jamais voulu en avoir un autre.
    Mais on se laisse attendrir, des rats, sympas mais pas démonstratifs, juste râler après une chemise moins aisée à escalader qu'un pull pour se percher sur une épaule.
    En plus, leur vie est limitée.

    Restent les chats.
    Vaste sujet.
    Fondamentalement, je ne les aime pas, point barre.

    Mais, vue leur omniprésence, il faut bien les supporter.
    Je me demande parfois qui partage son monde avec l'autre, non, ne donnez pas de réponse, je la connais, mais j'aime croire que nous sommes encore les "maîtres".

    Les chats, on pourrait dire que nos relations ont été aussi riches que tourmentées, certaines cicatrices en font foi.
    Bien que, certains félidés ont gagné mon affection, et piraté mes oreillers.

    Revenons à mon propos,
    je situe la scène, vers le soir, l'orage menace, une lumière étrange se glisse, un peu bleue, surtout jaune, lourde et collante.
    Plus un bruit, enfin non, celui des branches froissées, pas celui des gouttes qui pourraient tomber, vestiges d'averse.
    Une forme se glisse, liquide, minérale, et se pose devant la porte de ma cuisine.
    Incroyable, même pas mouillé, un chaton, enfin, un petit grand chat, tigré, entre blanc, gris et roux.
    Se sentant chez lui, il se pose, genre chat de porcelaine, la tête pivote un peu, découvre ou vérifie cet autre chat, juste un reflet.
    Mais curieux comme une pie de bénitier, il observe.
    Oui, je l'ai vu, et pas question qu'il s"en sorte à bon compte.
    Doucement, je prends place dans son champ de vision, je l'imite, lui dehors, moi dedans, un double vitrage nous sépare, pas un bruit, juste ce que nous voyons.
    Il est troublé, son regard, halluciné ou ahuri, le genre des grands yeux qui font fondre le Net.
    Et le jeu commence.
    Mes mains se déplacent, ses pattes suivent.
    Mon visage se rapproche, un museau s'écrase sur la vitre,
    Il se met sur le dos, ses pattes chassent des papillons, malgré tout je l'entends, il ne ronronne plus, il crie.
    Encore un qui trouvera un lieu de promenade ,et plus....
    Juste un moment magique, et je ne sais le traduire, juste en donner une idée.
    J'avoue, ce jeu m'a laissé troublé, mais je pense que je serai jamais fidèle à un seul chat, pas plus que lui.

    Sponsorisé par
    Adopte-un-chat.catsloving@miauw.rrrrr

    Aimer un chat, une gageure, se faire aimer, mission impossible.
    A vous de voir.
     
    Dernière édition: 11 Juillet 2017
    Clemath aime ça.
  3. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange
    Clemath aime ça.
  4. Mamagreen

    Mamagreen Lorrain(e) discret(e)

    Inscrit:
    10 Octobre 2014
    Messages:
    105
    J'aime reçus:
    46
    Points:
    91
    Localité:
    Près de Nancy

    :chat: Miaou !
     
    Clemath aime ça.
  5. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Oui, je les aime, ces félins, mais ils ne sont pas les seuls à se reproduire par surprise.

    Ce matin, petite promenade dans le quartier, des invitations à distribuer.
    Mon regard vers certains jardins, une forme et couleur familière, pas moyen de me tromper, des pois de senteur vivaces.
    http://www.jaime-jardiner.com/pois-de-senteur-vivace/

    Mais , il ne faut pas croire, leur reproduction est délicate et somme toute aléatoire.
    Et et vu leur aspect, des descendants de mes plants, eux ont plus de vingt cinq ans, c'est dire leur aptitude à la vivacité.
    Merci aux auxiliaire de les avoir transplantés.
    Leur aspect graphique en fait un superbe sujet à photographier, mais hélas, leur nom "de senteur" n'est plus justifié, pour cela il vaut mieux utiliser leurs cousins annuels, plus fleuris, plus chamarés, plus entêtants mais si éphémères.
    La pérennité a un prix de discrétion, pour la jeunesse, les folles nuits d'été,... pour la durabilité, le charme discret d'une haie entrelacée.

    https://www.promessedefleurs.com/vi...e/lathyrus/lathyrus-latifolius-red-pearl.html

    Peut être les trouverez vous, au grés des promenades, mais ils aiment se cacher.

    Leur élégance, leurs courbes sensuelles en font un charmant petit bouquet pour accompagner une tasse de thé pour un petit déjeuner ,soit au jardin, soit au lit.

    (Pour ma part, un temps de petit déjeuners sur la terrasse, sièges de bois et de fer jaunes de poussin mal éveillé, thé ,brioche, marmelade, salade de concombre , jambon et cheddar, pancakes tièdes et œufs de caille pochés, et Le Monde du WE, génial, il y a plein de morceaux, chacun y trouve son compte.
    Dire bonjour aux voisins étonnés, pourtant j'ai délaissé mes tongs Tom et Jerry.),
    ceci est un gros apparté.


    Pour tout dire, comme des freesias, en plus petit et plus élégant, plus mystérieux aussi.
    Avec une graminée ou un ajonc raide, on peut aller loin dans la simplicité liée à la volupté.

    Bref, une petite promenade qui m'a empli de joies simples et sans doute indicibles.
    Un peu en vrac

    https://www.google.fr/search?q=pois de senteur ikebana&rlz=1C1AVNC_enFR584FR584&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjxlpSjtIbVAhXGLcAKHSwHB1UQ_AUICigB&biw=1902&bih=921

    à vous de choisir.
     
    Dernière édition: 13 Juillet 2017
    Clemath aime ça.
  6. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Il fait beau, au réveil, des envies à mettre le monde cul par dessus tête; à midi, un peu moins vindicatif, plus tard, la tonte attendra, sortir et accrocher le hamac, mon ancien, macramé en délire, un dos qui semble sortir d'un gaufrier, sans compter les enfants qui sautent et vous mettent au sol, terminé.
    Celui ci, import du Brésil, assez semblable à ceux que j'y ai utilisés, une toile vaste, protectrice, totalement régressive, on peut s'y enfermer, juste ballot de la brise.
    Mais zut, faut penser, alors trouver une amie pour y ajouter un poche, histoire d'y loger un portable,(il se sauve direct ), des lunettes de soleil, voire un magazine bien "plage" et les clés de au choix, la voiture, la maison, les deux?
    Le plus difficile, en sortir, dans tous les sens du terme.
    Juste un détail, à deux, ce n'est pas une bonne idée, c'est un plaisir qui ne se partage pas.
    Sinon,
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ostéopathie

    oui, c'est de l'humour, mais si vous essayez, vous êtes prévenus.
     
    Clemath aime ça.
  7. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Eh oui, lâchement j'ai craqué, pesé le pour et le contre, la douceur vespérale et le programme Tv, le bruit et le silence, la lumière d'un écran et l'éclat des étoiles.
    Donc, je dors dans le jardin.
    Pas que je sois fan des nuits extérieures, mais ma dernière expérience est lointaine et pour tout dire assez pourrie,bref, une envie de l'oublier.
    Alors, la totale.
    Bonne préparation, mettre le portable en charge, pas de tentation de l'utiliser, sortir un plaid ensoleillé, un coussin du même acabit.
    le porche est éclairé, la porte n'est pas verrouillée, je sais, ce n'est pas prudent.
    Un peu au delà de ma sensibilité, une paire de tongs ,des strings de pieds quoi, mais le sol du jardin peut apporter des désagréments aux petons nus comme à leur naissance.
    Un petit luminaire accroché dans l'arbre.
    Et une perspective de nuit douce et nonchalante.

    Mais pas évident de s'endormir ainsi, sous une toile de tente, pleins de sons parasites, parfois c'est presque pire que dans une bétonnière en marche.
    Là, rien, enfin pas longtemps, le corps n'est qu'une oreille, immense, un peu avide.
    Les derniers vols des oiseaux de jour, les premiers de ceux de nuit, la hulotte qui loge dans mon grenier, un vol sourd, un petit ploc quand elle se pose et replie ses ailes, le piaillement des pipistrelles qui dînent autour des lampadaires, le froissement des petites bêtes de l'herbe.
    Tiens, plus gros, mais souple, le renard du quartier, je ne l'ai jamais vu que du coin de l’œil.
    Et une sorte de char d'assaut droit venu d'un ancien conflit, la famille hérisson qui va se goberger de vers et limaces, bruyante mais se sentant invulnérable.
    Étonnant pas de chats pour une sarabande délurée.

    Et je glisse doucement dans cette nuit, me sentant protégé, cajolé.
    Dans l'odeur du chèvrefeuille proche, avec un peu acidulées des notes de sève de sapin.

    Mes yeux peinent à s'ouvrir alors que ma peau crie à l'agression, il pleut.
    Des gouttes lourdes et larges, tièdes et sonores.
    Un son violent déchire le ciel, m'aveugle.

    Vous qui avez ouvert vos volets ce matin, vous savez qu'un orage a eu lieu, il a rafraîchi l'atmosphère et arrosé les plantes.
    Moi, je n'ai plus besoin de grandir, et j'ai couru pour rentrer au plus vite mes affaires, j'aurais pu feindre d'ignorer ces gouttes, mais voyant au matin le contenu des soucoupes, il valait mieux se mettre à l'abri.
    Certes, j'ai raté le réveil avec le soleil matinal, mais je me suis bien amusé, et je pense renouveler, en ayant soin de vérifier la météo auparavant.
     
    Clemath aime ça.
  8. lorrain54

    lorrain54 Lorrain(e) passionné(e)

    Inscrit:
    29 Novembre 2009
    Messages:
    1,917
    J'aime reçus:
    225
    Points:
    201
    Localité:
    dombasle sur meurthe

    La météo l'avait pourtant annoncé cet orage , mais quelle nuit néanmoins , cela me tente aussi , mais avec l'age je manque de souplesse , pourtant quelle aventure a deux pas de chez soi ,
     
  9. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    J'avoue, le plus délicat, sortir d'un "vrai" hamac, entreprise périlleuse déjà en temps normal.
    Mais pas drôle de penser y périr noyé, bon, je pousse le bouchon un peu loin.
    Sauf que là, je me sentais dans les écailles d'une carpe.

    Avec le recul, j'ai adoré, pour tout ce que j'ai découvert dans le "silence "la nuit, tellement vivante, oui, à deux pas de ma chambre douillette.
    Au matin, j'avoue mon ignorance, mon ancienne collection de la Hulotte, pour retrouver mes voisins nocturnes m'a bien aidé.

    http://www.lahulotte.fr/

    en fait juste rafraîchir, comme si j'en avais besoin, mais valider mes ressentis.

    Mouillé, oui, heureux bien plus.
    Si j'avais su, j'aurais sorti un flacon de bain douche, pour achever la situation.
    Ce truc, je ne l'ai fait que deux fois, une au Pays basque,sous un orage, les filles amusées nous jetaient en plus des seaux d'eau, l'autre dans les Vosges, une fontaine glacée du côté d'Arnoult, pas dur à trouver, au bout de la route du bout du monde.
    Revigorant en apnée.
    Oui, mes articulations étaient plus fringantes.

    Mais j'aime bien, parfois, déjanter et plonger, pas seulement dans le régressif, mais dans le nouveau ou l'inconnu.
    Et aussi, j'aime le partager, comme je suis, je n'incite personne, mais si je peux donner envie d'aller voir après le prochain virage...

    Belles découvertes
     
  10. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Bouh, quel temps frisquet et triste, on se croirait dans un mauvais printemps.
    Je ne suis pas le seul à le penser, à mon grand étonnement.
    Souvenez vous des retours des gelées, il y a quelques mois, bien des plantes avaient souffert, dont les fruitiers, le noyer et la glycine, plus d'autres, comme elles ont disparu, j'ai du en oublier.

    Mais parfois, leur résilience étonne, telle le retour de la glycine, qui maintenant est enfin couverte de fleurs, un peu de ciel bleu dans la grisaille, comme pour répondre au jaune éclatant des fleurs de courgettes.
    Pour les courgettes, une chose que je n'avais jamais remarquée, et qui m'étonne un peu: cette plante se maintient grâce à de multiples vrilles, mais il se trouve que leurs fleurs font de même si par aventure elles frôlent un support adéquat ,fanant, elles se découvrent des nervures comme autant des petits bras prêts à étreindre la moindre occasion.
    Pour le moment, je ne l'ai constaté que sur des fleurs femelles, je vais surveiller les mâles, quitte à les provoquer un peu.
    J'aurais bien une idée, mas je risque d'être confronté à une théorie des genres.
    Avez vous déjà constaté un tel phénomène?
     
  11. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Les courgettes, mes tortures suivent leur cours, j'attends leurs créations ou émotions.
    Il faut le dire, entre gratins, tourtes, fondues, ...,le sort des courgettes , pour moi, est plus culinaire qu'esthétique.

    Il est certain que nous ne risquons pas un Nobel pour avoir révolutionné le monde de la biologie, surtout posthume, mais j'aime les questions surréalistes.
    Ceci étant, impropable mais prévu, l'exhumation de Dali, un dernier pied de nez du Maître.
    J'aurais bien pu dire Non.
    J'aurais voulu, mais c'est une autre histoire, un jour je vous parlerai du café de Gala.
    Il ne m'a pas déçu.

    Tout simplement, sorti de ma zone de non action, j'ai aéré ma tondeuse, vendredi et samedi, pas évident, la nature reprend ses droits.
    Elle a pris grave, mais effectué son oeuvre, ras la moquette pour l'herbe, un peu roussie, pelée.
    On dira propre si cela convient à la coupe des Marines dans une série US, donc, court avec des étages,très court.
    Il pleut, maltàpropomaisparfoisetçam'agace , oui,mais non.
    Oui, je déteste la pluie si je suis vulnérable, (nb, la pluie lorraine mouille et glace, tropicale, non, frigidiéme*, oui)
    La taille de plantes, trop volubiles, voire envahissantes, oh que oui, je ne pensais pas en les plantant.
    Cette pluie, ces orages,, tout reverdit, une allure d'entretenu.
    Basta pour les siestes en hamac, est ce si grave?

    La pelouse toute pelée, reverdit et se hausse vers la lumière,
    Vaillante,
    Mais , la coupe de fraîcheur, il va falloir y penser, comme les petites tailles, la galère, je verrais bien des bestioles s'en charger, bien cadrées, stop and go, mais ....
    bon , je ne fais pas confiance, je reprends mes outils, un peu tachés de terre.
    Les gants sont juste là, je vais sortir et achever le nettoyage, mais c'est une oeuvre sans faim, un Tonneau des Danaïdes à déverser.

    Bon, juste là, aussi, se reposer.

    * alias" Kuchendrùut"localisme que je viens d'inventer mais , purée ,elle n'est pas chaude l'ondée.
     
  12. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Vous vous en doutez, le hamac, une fois sec, a retrouvé son sac, entre ondées et orages, le temps est humide, et quand il ne pleut pas, la barre sombre de nuages à l'horizon n'augure pas d'une douce soirée sous les étoiles.
    Il reste à dormir à l'intérieur.
    Mais pas si simple.
    En fait, je ne supporte pas une fenêtre fermée, en hiver, cela me vaut des reproches, en été aussi.
    Rien à faire, c'est ainsi.

    En droite ligne avec l'extérieur, les chats sous le grand sapin, j'ai l'habitude, comme certains félins matoux que je vois au petit matin, les oreilles déchirées par une amante peu conciliable.
    Mais là, outre les grondements oragesques, les "Souriez vous êtes sur la photo", d'autres sons, étrangers.

    Nous ne sommes pas dans les Experts, la réponse au petit matin, gris plombé de jaune.
    J'aimerais penser à une colonie de vacances, un camp scout, un....(non, c'est une autre histoire), le chambardement.
    Toute, et j’espère peser mes mots, une famille Écureuil investit le jardin, un, souvent, je l'ai vu, deux, rares, trois, je leur en veux encore de leur sans gêne, mais cinq, à croire à une tribu en visite à Human'sLand.
    Cela court et saute dans tous les coins, fascinants, experts des brindilles, pros du camouflage.
    Narguant devant les fenêtres, moustaches repliées.
    J'aurais pu les photographier, mais ils sont trop agiles, et je n'ai aucune envie de les perdre de vue.
    Un océan de vie dans l'espace que j'ai souhaité offrir aux méconnus, malvenus dans le monde réel.

    Oui, dans les livres, les rouquinos sont adorables, mais dans la réalité, mon fils a été mordu par une ce ces satanée bestioles(je change mon point de vue/paradigme, c'était un gris, clandestin ,venu d'outre atlantique),dans les allées de Hyde Park, zut, il aurait dû grignoter un orateur, je parle de l'écureuil , vous avez compris.

    Pourtant, des noix, cette année, c'est la misère, merci aux gelées tardives, et les noisettes, il est bien tôt, sauf pour les véreuses.
    Sans doute en retard, des prunes survivantes cherchent leur place au soleil.
    Des pommes aussi, mais juste bonnes pour un billard, pour le moment.
    Des écureuils, sans doute pour un bout de temps.
     
    lorrain54 aime ça.
  13. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Jardin, non

    tout suit son cours, petites éclosions, souhaits avortées, les courgettes se laissent aller, faute de reproducteurs proches.
    Les tomates, elles, doucement se parent, petit ventre en avant, il leur reste du temps.
    Pour le moment, pas de maladie ou invasion, il faut reconnaître que leur situation est à l'écart.
    Oui ,mais, cela ne remplit pas les assiettes.

    Donc, eh oui, les emplettes, on passe sur le tout venant, enfin libéré de la corvée, un gros moment de solitude.
    là, devant moi, une table de camping, vintage moche 70',ou 60', formica , pattes d'alu, dé/repliable.
    Même moi, je n'en ai plus.
    La mort noire des doigts.

    Oui, mais dessus.
    Un gros panier, empli de cèpes, dessous une clayette avec le même produit.
    Je regarde, le "vendeur" arrive à bout de jambes.
    Entre paysan et maquignon en bout de course.
    "Oui, Je les ai cueillis ce matin, avec mes filles, en Belgique,..."
    Mouais, dubitatif. J'en ai vu d'autres.
    Ils sont beaux, un peu trop, pas de traces de bestioles, en douce ,j'en ai retourné un, aucun changement.
    L'odeur me convient, juste un peu fade.
    Le foin, pas la pinède.
    J'en veux, même si eux ne sont pas le top.
    Petite négociation.
    Au départ, 15 euros le kilo, alors 20 pour deux kg, je trouve assez juste, bien pesé, large, oui, j'ai un doute, mais parfois, je ne suis pas totalement honnête.
    Cela est bien beau, mais prend de la place, rien à voir avec deux kgs de poireaux.
    Donc, réflexion, sériation, priorités, dissimulation.
    Globalement , en venir rapidement à bout.
    Je ne sais pas si vous êtes comme moi, les achats, souvent par envie, se transforment en "qu'est ce que je peux en faire? ou "Mon Dieu, personne n'en voudra"",je garantis, Dieu ne répondra pas.
    Bref, avec mes cèpes.
    Le plan d'urgence,
    les brosser, oui, avec la vieille à dents, éliminer la terre et les brindilles,
    juste trois secondes sous l'eau.
    Trier, les tout petits, les bouchons, pour un civet,
    les médiums, soit de suite dans un ragoût, soit à congeler en moitié.
    les gros, pas évidents, pour ma part, des tranches d'environ 1 cm d'épais, pas les chutes, elles, vers la cuisine tout de suite, cela semble primitif, sur un fil, exposés au vent, devenir comme semelles
    Finir en bocal, plus ou moins entiers, apporter aux plats cette saveur boisée et charnelle.
    Oui, mais il faut pas exagérer, le test ultime, ce soir, des œufs brouillés à la persillade de cèpes.
    Bien entendu, ils ne viennent pas de mon jardin, les rares clitocybes que j'y ai trouvé ne valent pas pour le moment de chauffer la poêle.
    Mes amis diront ce qu'ils en pensent.

    Amitiés gourmandes
     
    lorrain54 aime ça.
  14. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Oui, nous sommes vivants, et en bonne santé.

    Alors, aucun rapport, si quelqu'un souhaite des graines de pois de senteur vivaces, il suffit de demander à
    ramsar@orange.fr
    pour ce qui est de la culture, c'est aléatoire, mais je conseillerais de les stratifier et d'oublier le pot dans un coin frais, pas trop sombre, un peu d'humidité, mais pas trop, il faut stresser, puis le conduire comme une bisannuelle, bien que ,eh non, ce n'est pas le cas....une étagère de cave ou de garage fera l'affaire.
     
  15. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Bonjour la météo.
    Oui, mes fins de nuits bercées d'averse et de tonnerres, la fraîcheur, (zut, me voilà à la recherche d'un plaid usé mais si réconfortant), au matin , pas évident de choisir, ouvrir pour amener la fraîcheur, et l'air nouveau dans certaines pièces un peu "fauves", garder une certaine douceur dans d'autres. Pas de soucis, pour la cuisine c'est grand vent, le mijoté du soir m'insupporte au petit, autant matin que, déjeuner.
    Café ou thé versus mozzarella ou cèpes, le match est inégal à ce moment.
    Oui, mais, d'autres se posent la question.
    Tomates et courgettes.
    Cette année, pas de pleine terre, tout dans des pots à réserve d'eau, pas de marques, certains nous ont été offert lors de notre mariage, il y a des décennies.
    Bref du lourd et du sérieux, ils ont servi dans plein de missions et d'occupants, oui, leur extérieur est un peu , beaucoup, décoloré, mais on sait qu'ils étaient verts,déjà anis à l'origine.
    Merci à R------a et aux Jardiniers de France que je salue et l'Assos des Jardins de Guénange.
    Donc, une pléiade de fidèles services.
    Cette année, je vide les pots, le contenu vers le compost, il ne vaut rien ,sauf sa texture, épuisée certes, mais légère et aérée.
    Je remplace par un mélange de "terreau", de corne broyée et torréfiée, d'algues broyées,' lithothamniums)un peu de sang lyophilisé, un engrais basique 15/15/15.pas beaucoup. Et du thé, je l'ai bu avant, il a souris à mes petits déjeuners, et , j'ai déjà évoqué des graines de seigle, elles vont germer, et diffuser plein d'hormones de croissance que vont apprécier les nouvelles plantules, plus efficace et doux qu'une hormone de bouturage du commerce.
    Puis des semis, directs.
    Tout se porte bien, la croissance peu rapide mais drue et musclée, j'ai bon espoir, ma cuisine aussi.
    Mais ,las, la météo se la joue chagrine, même désobligeante, froid , pluie ,brouillard, nuit avant l'heure.
    Et mes plants, les feuilles basses, grises de pustules, de taches, je sais que les autres connaîtrons un même sort, je coupe, élague, espérant préserver les extrémités, je sais que ce combat est perdu, l'oïdum sera plus rapide que moi.
    Je croise les doigts pour les tomates proches, elles rougissent pour éclairer toute cette verdure.

    Je rôde dans ma cave, seul choix, ce paquet de bouillie bordelaise, elle tache bien, mais s'il ne reste que cela.

    Pas envie de partir en forêt pour les cèpes, je risque trop d'être pris pour un pied bleu.

    J'oubliais,

    le truc du fil de cuivre planté/transpercé à la base du plant choisi pour être un peu protégé, à la suite de nombreux copié/collés, où" on a vu sur le Net", il faut tenir en compte , que en l'état c'est du pipi de chat, bien que cela puisse être plus efficace.
    On pense à du fil électrique, aisé à avoir, peu cher.
    Oui, mais pas seulement.
    Oui, c'est un bon produit.
    Pas seulement; il est totalement inefficace.
    Il faut le débarrasser de son vernis, oui, il y en a pour l'isoler, donc, un petit passage sous le chalumeau, il faut voir les bulles se sauver, puis pour lui donner de la surface d'échange, le plonger dans un acide doux, le jus de cornichons est adapté.
    A l'arrivée, il est moche mais efficace.
    Juste à placer en bas de la tige, genre pin's ou piercing, mais on attend deux paires de vraies feuilles au dessus.
    Le truc en plus, courber un bout pour qu'il soit en contact avec le sol, donc, prévoir assez long.
    Dans tous les sens du terme, mettre les plantes à la masse.

    Bon jardinage à vous.
     
    Dernière édition: 14 Août 2017
  16. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Oui, je l'ai vue,
    Oui, je l'ai retrouvée
    Elle est revenue.
    Pas de chatte égarée,
    pas de lapin ou de rat aventureux,
    juste une ombre.
    Quoi de plus banal, saugrenu,
    on parle de soleil, d'heure, de soleil un peu trop présent pour une tête dégarnie.
    Non, elle est revenue, le soleil entame sa course nocturne, juste quelques étoiles, une lune gibonde, des nuages qui tressent l'horizon.
    Elle est revenue, insolente, narquoise, elle frétille du coin de l'obscurité.
    Elle se pose,
    maîtresse des lieux, un revers de main ne la chassera pas.
    Juste une ombre, celles de quelques fleurs sur une allée, ombre contre céramique.
    L'une noire, l'autre grège.
    Elle se découvre, se laisse voir, noire hier et avant, elle devient pourpre,un instant, bleue en suivant, violet parme pour durer.
    Elle pose son image au sol, lumineuse dans l'obscurité,
    entièrement déplacée, indécente.
    Une ombre,dans la nuit, mais cela n'étonnera guère.
    Mais elle est bleue, la forme, des feuilles de mahonia, pointues, elles se découpent bien, leur couleur étrange, bleu clair voilé, j'ai déjà accusé les réverbères, les lampes jaunes à sodium sont des coupables aisés, mais alors, pourquoi pas tout le temps?
    Les nuages,, l'orage qui pointe?
    Une situation déjà vécue, sans incidence.
    Pas de réponse, je reste juste à regarder, impuissant, émerveillé, songeur.
    Juste, c'est beau, fascinant.
    Avez vous rencontré des ombres impossibles qui vous retiennent,sans un mot?
     
    lorrain54 aime ça.
  17. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Tiens, mon téléphone me rappelle que je devrais appeler mon beau père ( plus ou moins ex, mais je l'apprécie) pour sa fête, ben oui, c'est Léon.
    Donc demain, c'est le 11 novembre, jour symbolique pour moi.
    Le truc de fin de guerre, je n'y étais pas, mais les commémorations, oui.
    quand je dirigeais une structure publique, pour une fois, je sortais cravate et loden, le chapeau en plus, un peu Jean Moulin, et allais aux festivités municipales.
    Surtout pour y rencontrer un ami.
    C'était il y a un bout de temps.
    Mais surtout, un jour dédié, je me levais tôt, mettre la cuisine en route, des amis attendus pour le déjeuner, un peu rituel, un menu incontournable, des cannellonis au foie et cèpes, il y a du travail, dans une sauce aux dernières herbes du jardin.
    Et les premiers vins primeurs.
    Une salade amère en entrée, une tarte aux coings en dessert.
    Le seul moment où fumer était toléré, uniquement de gros modules en provenance de Cuba, avec un café éthique et serré.
    Des Cohiba

    https://www.google.fr/search?q=ciga...UICigB&biw=2195&bih=1105#imgrc=hHDAKHeD1oDkWM:

    (bien entendu, cela reste l'exception, ce n'est pas bon pour la santé, pas plus que les vins primeurs, et en plus, c'est cher, suis je politiquement et moralement correct?, sans doute, mais c'est agréable de transgresser, qui parle d'hédonisme? on a tendance à le vouer aux Gémonies.)

    Mais ce que je vois, là, de l'autre côté de la fenêtre, du vent, de la pluie, les feuilles qui volent avant de tomber lourdement, de se coller au sol, loin de la Saint Martin et des ballets de feuilles de marronnier.
    Tourbillons d'ocre et de bronze.
    Plus de primeur, le lobby du beaujolais ne supporte pas la concurrence, fusse t elle honorable.(??? pour la grammaire, mais cela me plait)

    Pour les tentés, les ravioles, on sait faire avec une plaque idoine et un rouleau à pâtisserie, mais pour les cannelloni, deux méthodes, la mouillée et la sèche,( comme pour la pierre philosophale, quand on maîtrise la voie de l'eau ,on préfère celle du feu, petit aparté alchimique), donc première situation, pocher des feuilles de lasagnes, poser la farce, prier ou jurer pour que la pâte ne cède pas, rouler le tout, ,mettre à dimension, se rincer les mains en invoquant tous les saints et recommencer, cela je le fais quand je travaille du poisson, genre cannelloni aux deux poissons dans une cotte d'oseille. Mais c'est la galère.
    Alors, plus simplement, dans des tubes achetés tout raides, pas de petite cuillère, on explose les bords, une poche à douille, jetable ou non, de pâtisserie, c'est géant, on tourne, on appuie, le tube est fourré, même pas trente secondes.
    Plus de raisons d'hésiter.

    Zut, le temps d'écrire, dehors, c'est encore pire, envie de sortir?, pas évident, besoin? pas réellement.
    Mais envie de sortir mon nouveau parapluie



    on ne sais jamais
     
    lorrain54 aime ça.
  18. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Oui, mais non, je déborde, et totalement HS, mais il faut le dire,

    donc, par avance , pardon.
    Par où commencer, je ne respecte pas l'ordre chronologique, cela nuirait.
    Donc ce matin, moi levé aux aurores, (des clous, le soleil est loin de pointer son museau)
    juste entre brouillard et maussade,
    il ne pleut pas, mais l'écharpe est de mise, juste le temps pour passer inaperçu, bonjour ici, m'sieur, m'adam ailleurs,
    Pas si innocent, le nombre de personnes qui me connaissent, pas croyable.
    Parmi elles, le truc que je redoute, je ne sais pas qui il est,mais je l'ai marqué, il semble,
    une demie heure à bavarder,
    de son échec amoureux, à sa place , M. se serait barrée depuis bien plus longtemps,
    mais j'écoute.
    Je le conviens de mon aide, mais la liqueur de mirabelle au milieu du matin, ce n'est pas bon, ni bien.
    Merci pour le partage, là, je suis plus au thé.

    Petite pause, mais mon chapeau est plus vaste et je suis mieux rasé.



    bref, un peu tardif, l'envie d'une chose totalement rètro personne ne sait plus que cela existe, un pot au feu, avec des panais, des topinambours, du cerfeuil ,des carottes et pommes de terre, du céleri, boule ou branche, un peu de radis noir.
    juste une langue, pochée
    Oui mais non, une personne végétarienne, je vais devoir transiger.
    Et toutes manières ma cravate est plus élégante.
     
    Dernière édition: 16 Novembre 2017, à 10:58
  19. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    479
    J'aime reçus:
    100
    Points:
    116
    Localité:
    Guénange

    Just like him, en plus beau, ce matin, une causerie dédicace, de Pierre Vendel, pour son livre, "L'inconnue de la rue du Lancieu"
    Pas encore lu, juste frais ramené, un peu mon quartier et des noms proches, aurait il connu certains de mes ancêtres?
    Pas des tendres, taiseux, méfiants et sournois.
    Proche de l'autre vie, cela me parle, nous avons longuement bavardé, une dame s'est sentie concernée, je pense que nous auront à nous revoir.
    Mon autre identité risque de resurgir, je l'avais laissée discrète, voire en silence.
    Mais plus loin, en campagne, cela aurait été pareil.
    Oui, jardin ou cuisine, c'est vrai, en fait un peu un apéritif au beaujolais, pas pour moi, le saucisson était fade, les chips mollasses, le thé médiocre.
    Alors ,cet après midi, une visite chez le beau père, pas informé, j'aime le surprendre, un Corbières nouveau, des crevettes et de la langue de veau avec des câpres et une mayonnaise maison à l'estragon.
    Juste pour le plaisir d'un moment volé, moi ,j'assume bien, lui, il va mentir à sa compagne, et cela le réjouit, un épice de l'interdit.
    Informel, entre mecs.
    Pas fou, je laisse la voiture dans le garage.
    Le ciel est gris, mais mon cœur est joyeux.
     

Partager cette page