Back to home

Discussion dans 'Pause jardinage' créé par Bénédict, 27 Juin 2017.

  1. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Absent de mon jardin, on ne tape pas, un séjour au Pays Basque, le surf n'y est pas étranger, même si je l'apprécie depuis la plage.(oui mais, une planche Vintage à vendre, dédicace sur demande)
    Retrouver et valoriser le jardin que j'y ai créé il y a vingt ans.
    Pas évident de s'y retrouver, tant d'autres sont intervenus, la décence m'empêche de donner mon avis, mais c'est nul de chez le néant.
    Oui, je n'avais aucune illusion.
    Mais retrouver les palmiers, arums, plantes des tropiques dont je n'ai jamais su le nom, un pur bonheur.

    Ici, tout a poussé, envahi, le sécateur ne chôme pas, ciel, il y avait tant de rosiers!
    Juste un coin de jungle dans une grisaille pavillonnaire.
    Juste la question qui tue, où accrocher le hamac, entre le prunier et l'arbre de Judée?
     
  2. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Un peu HS, mais je ne vois pas d'autre rubrique adéquate, mais en fait pas tant que cela, dans la mesure où une partie est dans mon jardin.

    Vous avez ou avez eu des animaux domestiques ou de compagnie pour la plupart.
    Je vais laisser le bétail et consort à l'écart et à la pâture.

    Les chiens, j'adore, le mien Flocki, au pedigree d'entre le grillage, coureur de ziguettes invétéré, je l'aimais, et n'ai jamais voulu en avoir un autre.
    Mais on se laisse attendrir, des rats, sympas mais pas démonstratifs, juste râler après une chemise moins aisée à escalader qu'un pull pour se percher sur une épaule.
    En plus, leur vie est limitée.

    Restent les chats.
    Vaste sujet.
    Fondamentalement, je ne les aime pas, point barre.

    Mais, vue leur omniprésence, il faut bien les supporter.
    Je me demande parfois qui partage son monde avec l'autre, non, ne donnez pas de réponse, je la connais, mais j'aime croire que nous sommes encore les "maîtres".

    Les chats, on pourrait dire que nos relations ont été aussi riches que tourmentées, certaines cicatrices en font foi.
    Bien que, certains félidés ont gagné mon affection, et piraté mes oreillers.

    Revenons à mon propos,
    je situe la scène, vers le soir, l'orage menace, une lumière étrange se glisse, un peu bleue, surtout jaune, lourde et collante.
    Plus un bruit, enfin non, celui des branches froissées, pas celui des gouttes qui pourraient tomber, vestiges d'averse.
    Une forme se glisse, liquide, minérale, et se pose devant la porte de ma cuisine.
    Incroyable, même pas mouillé, un chaton, enfin, un petit grand chat, tigré, entre blanc, gris et roux.
    Se sentant chez lui, il se pose, genre chat de porcelaine, la tête pivote un peu, découvre ou vérifie cet autre chat, juste un reflet.
    Mais curieux comme une pie de bénitier, il observe.
    Oui, je l'ai vu, et pas question qu'il s"en sorte à bon compte.
    Doucement, je prends place dans son champ de vision, je l'imite, lui dehors, moi dedans, un double vitrage nous sépare, pas un bruit, juste ce que nous voyons.
    Il est troublé, son regard, halluciné ou ahuri, le genre des grands yeux qui font fondre le Net.
    Et le jeu commence.
    Mes mains se déplacent, ses pattes suivent.
    Mon visage se rapproche, un museau s'écrase sur la vitre,
    Il se met sur le dos, ses pattes chassent des papillons, malgré tout je l'entends, il ne ronronne plus, il crie.
    Encore un qui trouvera un lieu de promenade ,et plus....
    Juste un moment magique, et je ne sais le traduire, juste en donner une idée.
    J'avoue, ce jeu m'a laissé troublé, mais je pense que je serai jamais fidèle à un seul chat, pas plus que lui.

    Sponsorisé par
    Adopte-un-chat.catsloving@miauw.rrrrr

    Aimer un chat, une gageure, se faire aimer, mission impossible.
    A vous de voir.
     
    Dernière édition: 11 Juillet 2017
  3. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange
  4. Mamagreen

    Mamagreen Lorrain(e) discret(e)

    Inscrit:
    10 Octobre 2014
    Messages:
    104
    J'aime reçus:
    45
    Points:
    91
    Localité:
    Près de Nancy

    :chat: Miaou !
     
  5. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Oui, je les aime, ces félins, mais ils ne sont pas les seuls à se reproduire par surprise.

    Ce matin, petite promenade dans le quartier, des invitations à distribuer.
    Mon regard vers certains jardins, une forme et couleur familière, pas moyen de me tromper, des pois de senteur vivaces.
    http://www.jaime-jardiner.com/pois-de-senteur-vivace/

    Mais , il ne faut pas croire, leur reproduction est délicate et somme toute aléatoire.
    Et et vu leur aspect, des descendants de mes plants, eux ont plus de vingt cinq ans, c'est dire leur aptitude à la vivacité.
    Merci aux auxiliaire de les avoir transplantés.
    Leur aspect graphique en fait un superbe sujet à photographier, mais hélas, leur nom "de senteur" n'est plus justifié, pour cela il vaut mieux utiliser leurs cousins annuels, plus fleuris, plus chamarés, plus entêtants mais si éphémères.
    La pérennité a un prix de discrétion, pour la jeunesse, les folles nuits d'été,... pour la durabilité, le charme discret d'une haie entrelacée.

    https://www.promessedefleurs.com/vi...e/lathyrus/lathyrus-latifolius-red-pearl.html

    Peut être les trouverez vous, au grés des promenades, mais ils aiment se cacher.

    Leur élégance, leurs courbes sensuelles en font un charmant petit bouquet pour accompagner une tasse de thé pour un petit déjeuner ,soit au jardin, soit au lit.

    (Pour ma part, un temps de petit déjeuners sur la terrasse, sièges de bois et de fer jaunes de poussin mal éveillé, thé ,brioche, marmelade, salade de concombre , jambon et cheddar, pancakes tièdes et œufs de caille pochés, et Le Monde du WE, génial, il y a plein de morceaux, chacun y trouve son compte.
    Dire bonjour aux voisins étonnés, pourtant j'ai délaissé mes tongs Tom et Jerry.),
    ceci est un gros apparté.


    Pour tout dire, comme des freesias, en plus petit et plus élégant, plus mystérieux aussi.
    Avec une graminée ou un ajonc raide, on peut aller loin dans la simplicité liée à la volupté.

    Bref, une petite promenade qui m'a empli de joies simples et sans doute indicibles.
    Un peu en vrac

    https://www.google.fr/search?q=pois de senteur ikebana&rlz=1C1AVNC_enFR584FR584&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjxlpSjtIbVAhXGLcAKHSwHB1UQ_AUICigB&biw=1902&bih=921

    à vous de choisir.
     
    Dernière édition: 13 Juillet 2017
  6. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Il fait beau, au réveil, des envies à mettre le monde cul par dessus tête; à midi, un peu moins vindicatif, plus tard, la tonte attendra, sortir et accrocher le hamac, mon ancien, macramé en délire, un dos qui semble sortir d'un gaufrier, sans compter les enfants qui sautent et vous mettent au sol, terminé.
    Celui ci, import du Brésil, assez semblable à ceux que j'y ai utilisés, une toile vaste, protectrice, totalement régressive, on peut s'y enfermer, juste ballot de la brise.
    Mais zut, faut penser, alors trouver une amie pour y ajouter un poche, histoire d'y loger un portable,(il se sauve direct ), des lunettes de soleil, voire un magazine bien "plage" et les clés de au choix, la voiture, la maison, les deux?
    Le plus difficile, en sortir, dans tous les sens du terme.
    Juste un détail, à deux, ce n'est pas une bonne idée, c'est un plaisir qui ne se partage pas.
    Sinon,
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ostéopathie

    oui, c'est de l'humour, mais si vous essayez, vous êtes prévenus.
     
  7. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Eh oui, lâchement j'ai craqué, pesé le pour et le contre, la douceur vespérale et le programme Tv, le bruit et le silence, la lumière d'un écran et l'éclat des étoiles.
    Donc, je dors dans le jardin.
    Pas que je sois fan des nuits extérieures, mais ma dernière expérience est lointaine et pour tout dire assez pourrie,bref, une envie de l'oublier.
    Alors, la totale.
    Bonne préparation, mettre le portable en charge, pas de tentation de l'utiliser, sortir un plaid ensoleillé, un coussin du même acabit.
    le porche est éclairé, la porte n'est pas verrouillée, je sais, ce n'est pas prudent.
    Un peu au delà de ma sensibilité, une paire de tongs ,des strings de pieds quoi, mais le sol du jardin peut apporter des désagréments aux petons nus comme à leur naissance.
    Un petit luminaire accroché dans l'arbre.
    Et une perspective de nuit douce et nonchalante.

    Mais pas évident de s'endormir ainsi, sous une toile de tente, pleins de sons parasites, parfois c'est presque pire que dans une bétonnière en marche.
    Là, rien, enfin pas longtemps, le corps n'est qu'une oreille, immense, un peu avide.
    Les derniers vols des oiseaux de jour, les premiers de ceux de nuit, la hulotte qui loge dans mon grenier, un vol sourd, un petit ploc quand elle se pose et replie ses ailes, le piaillement des pipistrelles qui dînent autour des lampadaires, le froissement des petites bêtes de l'herbe.
    Tiens, plus gros, mais souple, le renard du quartier, je ne l'ai jamais vu que du coin de l’œil.
    Et une sorte de char d'assaut droit venu d'un ancien conflit, la famille hérisson qui va se goberger de vers et limaces, bruyante mais se sentant invulnérable.
    Étonnant pas de chats pour une sarabande délurée.

    Et je glisse doucement dans cette nuit, me sentant protégé, cajolé.
    Dans l'odeur du chèvrefeuille proche, avec un peu acidulées des notes de sève de sapin.

    Mes yeux peinent à s'ouvrir alors que ma peau crie à l'agression, il pleut.
    Des gouttes lourdes et larges, tièdes et sonores.
    Un son violent déchire le ciel, m'aveugle.

    Vous qui avez ouvert vos volets ce matin, vous savez qu'un orage a eu lieu, il a rafraîchi l'atmosphère et arrosé les plantes.
    Moi, je n'ai plus besoin de grandir, et j'ai couru pour rentrer au plus vite mes affaires, j'aurais pu feindre d'ignorer ces gouttes, mais voyant au matin le contenu des soucoupes, il valait mieux se mettre à l'abri.
    Certes, j'ai raté le réveil avec le soleil matinal, mais je me suis bien amusé, et je pense renouveler, en ayant soin de vérifier la météo auparavant.
     
  8. lorrain54

    lorrain54 Lorrain(e) passionné(e)

    Inscrit:
    29 Novembre 2009
    Messages:
    1,910
    J'aime reçus:
    216
    Points:
    201
    Localité:
    dombasle sur meurthe

    La météo l'avait pourtant annoncé cet orage , mais quelle nuit néanmoins , cela me tente aussi , mais avec l'age je manque de souplesse , pourtant quelle aventure a deux pas de chez soi ,
     
  9. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    J'avoue, le plus délicat, sortir d'un "vrai" hamac, entreprise périlleuse déjà en temps normal.
    Mais pas drôle de penser y périr noyé, bon, je pousse le bouchon un peu loin.
    Sauf que là, je me sentais dans les écailles d'une carpe.

    Avec le recul, j'ai adoré, pour tout ce que j'ai découvert dans le "silence "la nuit, tellement vivante, oui, à deux pas de ma chambre douillette.
    Au matin, j'avoue mon ignorance, mon ancienne collection de la Hulotte, pour retrouver mes voisins nocturnes m'a bien aidé.

    http://www.lahulotte.fr/

    en fait juste rafraîchir, comme si j'en avais besoin, mais valider mes ressentis.

    Mouillé, oui, heureux bien plus.
    Si j'avais su, j'aurais sorti un flacon de bain douche, pour achever la situation.
    Ce truc, je ne l'ai fait que deux fois, une au Pays basque,sous un orage, les filles amusées nous jetaient en plus des seaux d'eau, l'autre dans les Vosges, une fontaine glacée du côté d'Arnoult, pas dur à trouver, au bout de la route du bout du monde.
    Revigorant en apnée.
    Oui, mes articulations étaient plus fringantes.

    Mais j'aime bien, parfois, déjanter et plonger, pas seulement dans le régressif, mais dans le nouveau ou l'inconnu.
    Et aussi, j'aime le partager, comme je suis, je n'incite personne, mais si je peux donner envie d'aller voir après le prochain virage...

    Belles découvertes
     
  10. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Bouh, quel temps frisquet et triste, on se croirait dans un mauvais printemps.
    Je ne suis pas le seul à le penser, à mon grand étonnement.
    Souvenez vous des retours des gelées, il y a quelques mois, bien des plantes avaient souffert, dont les fruitiers, le noyer et la glycine, plus d'autres, comme elles ont disparu, j'ai du en oublier.

    Mais parfois, leur résilience étonne, telle le retour de la glycine, qui maintenant est enfin couverte de fleurs, un peu de ciel bleu dans la grisaille, comme pour répondre au jaune éclatant des fleurs de courgettes.
    Pour les courgettes, une chose que je n'avais jamais remarquée, et qui m'étonne un peu: cette plante se maintient grâce à de multiples vrilles, mais il se trouve que leurs fleurs font de même si par aventure elles frôlent un support adéquat ,fanant, elles se découvrent des nervures comme autant des petits bras prêts à étreindre la moindre occasion.
    Pour le moment, je ne l'ai constaté que sur des fleurs femelles, je vais surveiller les mâles, quitte à les provoquer un peu.
    J'aurais bien une idée, mas je risque d'être confronté à une théorie des genres.
    Avez vous déjà constaté un tel phénomène?
     
  11. Bénédict

    Bénédict Lorrain(e) occasionnel(le)

    Inscrit:
    8 Août 2008
    Messages:
    416
    J'aime reçus:
    66
    Points:
    91
    Localité:
    Guénange

    Les courgettes, mes tortures suivent leur cours, j'attends leurs créations ou émotions.
    Il faut le dire, entre gratins, tourtes, fondues, ...,le sort des courgettes , pour moi, est plus culinaire qu'esthétique.

    Il est certain que nous ne risquons pas un Nobel pour avoir révolutionné le monde de la biologie, surtout posthume, mais j'aime les questions surréalistes.
    Ceci étant, impropable mais prévu, l'exhumation de Dali, un dernier pied de nez du Maître.
    J'aurais bien pu dire Non.
    J'aurais voulu, mais c'est une autre histoire, un jour je vous parlerai du café de Gala.
    Il ne m'a pas déçu.

    Tout simplement, sorti de ma zone de non action, j'ai aéré ma tondeuse, vendredi et samedi, pas évident, la nature reprend ses droits.
    Elle a pris grave, mais effectué son oeuvre, ras la moquette pour l'herbe, un peu roussie, pelée.
    On dira propre si cela convient à la coupe des Marines dans une série US, donc, court avec des étages,très court.
    Il pleut, maltàpropomaisparfoisetçam'agace , oui,mais non.
    Oui, je déteste la pluie si je suis vulnérable, (nb, la pluie lorraine mouille et glace, tropicale, non, frigidiéme*, oui)
    La taille de plantes, trop volubiles, voire envahissantes, oh que oui, je ne pensais pas en les plantant.
    Cette pluie, ces orages,, tout reverdit, une allure d'entretenu.
    Basta pour les siestes en hamac, est ce si grave?

    La pelouse toute pelée, reverdit et se hausse vers la lumière,
    Vaillante,
    Mais , la coupe de fraîcheur, il va falloir y penser, comme les petites tailles, la galère, je verrais bien des bestioles s'en charger, bien cadrées, stop and go, mais ....
    bon , je ne fais pas confiance, je reprends mes outils, un peu tachés de terre.
    Les gants sont juste là, je vais sortir et achever le nettoyage, mais c'est une oeuvre sans faim, un Tonneau des Danaïdes à déverser.

    Bon, juste là, aussi, se reposer.

    * alias" Kuchendrùut"localisme que je viens d'inventer mais , purée ,elle n'est pas chaude l'ondée.
     

Partager cette page